RABAT

Rabat, la Ville Lumière

Rabat, la capitale du Royaume abrite le Palais Royal, le siège du gouvernement et le Parlement. En pleine mutation depuis une dizaine d’années, la ville nouvelle qui se construit, tout en restant fidèle à son histoire, se réinvente avec audace et figure sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2012.

Rabat est le produit de deux cultures, l’une arabo-maghrébine, l’autre européenne. Sur la plan architectural, la ville est la juxtaposition de deux modèles urbanistiques, reflets de ces deux cultures. La médina, la ville ancienne, est ceinte de hautes murailles ocres et fait face à la mer ; à l’embouchure du fleuve Bouregreg se dresse la Casbah des Oudayas et son fameux Café Maure, un endroit magique où les badauds viennent contempler l’océan autour d’une tasse de thé et des gâteaux traditionnels marocains. Autre endroit préféré des promeneurs, le Chellah, nécropole de l’époque Mérinide, situé à l’extérieur des remparts du palais domine la vallée du Bouregreg. Quant à la Tour Hassan, monument emblématique de la ville, elle témoigne d’un projet passé du sultan Yacoub El Mansour de la dynastie des Almohades qui projetait de construire la plus grande mosquée du monde musulman, après celle de Samara en Irak.

Le Rabat moderne, hérité du schéma directeur urbanistique du début du siècle, fait peau neuve, dans un esprit résolument éco responsable : de nombreux parcs agrémentent la ville, les citadins viennent s’y promener en famille le week end. De nouveaux projets futuristes, en cours d’achèvement pour certains, comme le Théâtre Mohammed VI, éclosent sur les rives du Bouregreg. Hay Riad, le nouveau quartier d’affaires voient ses nombreuses tours se dresser dans le ciel et abrite désormais des entreprises mais également des départements ministériels d’envergure.

Sur le plan culturel, rappelons que Rabat et Salé accueillent chaque année le festival Mawazine qui a réuni en 2019 plus de 2 750 000 festivaliers, venus écouter plus de 200 artistes venus du monde entier.