AGADIR

Agadir, la perle de l’atlantique

Agadir dispute à Marrakech le titre de ville « la plus visitée du Maroc ». Son nom berbère signifie « grenier collectif fortifié ». Elle doit son développement aux Portugais qui fondent un comptoir au pied d’une colline à proximité.

La ville resta longtemps une bourgade de moins de mille habitants jusqu’à ce qu’un port soit construit sous le Protectorat français dans les années 20 et que la ville se développe surtout à partir des années 30. La ville accélère encore son développement dans les années 50 autour de l’agriculture, la pêche et les conserveries. La construction de beaux hôtels préfigure dès cette époque son ouverture au tourisme, favorisée par son climat exceptionnel et ses 300 jours de soleil par an.

Mais en 1960, la ville est ravagée par un terrible séisme qui fait 15 000 victimes. Elle fut reconstruite selon les normes antisismiques les plus sévères un peu plus au sud par des architectes renommés dont Jean François Zevaco.

Agadir est aujourd’hui la principale station balnéaire du Maroc, qui s’est enrichie récemment avec l’ouverture progressive du nouveau complexe touristique de Taghazout.
Son front de mer de 10 km et sa baie, l’une des plus belles au monde accueillent depuis des décennies des touristes étrangers en hiver et au printemps principalement, en majorité issus d’Europe du nord (allemands, scandinaves, néerlandais), venus goûter aux plaisirs des sports nautiques, le surf en particulier à Taghazout. Pour ceux qui préfèrent la terre ferme, les 27 trous du golf des Dunes et les deux parcours du golf du Soleil suffiront à ravir les golfeurs les plus exigeants.

Mais l’arrière-pays ne manque pas d’attraits non plus ; si on aime la nature, on explorera le Parc National de Souss Massa qui abrite 250 espèces d’oiseaux, dans antilopes et des mangoustes. On découvrira également à Tifnit des anciennes habitations troglodytes. Les amateurs d’artisanat et plus spécialement les amatrices de bijoux se régaleront de boucles d’oreilles, colliers et pendentifs de toutes sortes dans les échoppes de Tiznit, Inezgan ou Taroudant. Mais Agadir ne serait pas Agadir sans l’arganier, dont l’huile est un trésor, alimentaire ou cosmétique, mis en valeur par les coopératives de femmes de la région.