Pays du Grand Maghreb et du monde arabe, situé au Nord-Ouest de l’Afrique, le territoire marocain est délimité au Nord par le Détroit de Gibraltar et la Mer Méditerranée, au Sud par la Mauritanie, à l’Est par l’Algérie et à l’Ouest par l’Océan Atlantique. 

Sa situation géographique, à la rencontre de trois mondes entre lesquels il a, depuis toujours, servi de trait d’union – l’Afrique, la Méditerranée et l’Europe – fait de cette terre un véritable creuset de civilisations. 

Le Maroc couvre une superficie totale de 710 850m2 ; sa côte s’étend sur 3500 km.

LES PANORAMAS DU MAROC

La situation géographique du Maroc est à l’origine de ses paysages divers et variés.

Au nord du Maroc, la méditerranée

LA MER ET L’OCÉAN 

Le pays est bordé à l’ouest par l’océan Atlantique et, au nord, par la mer Méditerranée.

Le Maroc possède le plus long littoral du continent africain avec 3500 km.

Les montagnes du haut Atlas

LES MONTAGNES 

Elles occupent plus des deux tiers du territoire et se composent de quatre massifs : le Haut-Atlas, le Moyen-Atlas, l’Anti- Atlas et le Rif. LeToubkal qui culmine à 4167m est le plus haut sommet d’Afrique.

Une balade en chameau

LES DESERTS

Nombreux et variés, les déserts marocains s’étendent principalement dans le sud ; déserts de pierre (les regs), hauts plateaux (les hamadas), dunes (l’erg), chacun a sa particularité mais tous fascinent le voyageur étranger qui vient y chercher la sérénité propre aux habitants de la région.

La plaine du Gharb

LES PLAINES

Elles s’étendent depuis les montagnes du Rif jusqu’au Moyen Atlas. Le bassin du Sebou, les plaines du Gharb, du Souss et du Haouz, baignées de nombreux cours d’eau sont très fertiles, (agrumes et maraichage notamment) ; pour les plaines les plus au sud, la politique des barrages permet de de compenser le déficit pluviométrique.
D’autres plaines et vallées fertiles de moindre taille sont localisées principalement dans le nord : Lukos, Nekkor, Trifa, vallée des oueds Ouergha, Baht, Inaouen…

Un cours d'eau

FLEUVES

Parmi les grands fleuves du Maroc, la Moulouya prend sa source dans le Moyen Atlas et se jette dans la Méditerranée après un parcours de 520 km ; le Sebou prend sa source dans le moyen Atlas à une altitude de 2030 m ; le Bouregreg, sépare les villes de Rabat et de Salé ; le Tensift traverse Marrakech et le Sous, Agadir ; le Draa, long de 1100 km n’est visible que 50 km avant son embouchure et se jette dans l’Océan Atlantique.

Une fleur rouge dans un jardin au Maroc

LA FLORE

La flore compte environ 7000 espèces connues. La flore vasculaire est massivement représentée au sein des écosystèmes forestiers où l’on trouve près des deux tiers des espèces ; le tiers restant se partage surtout entre les formations steppiques et les biotopes humides.

Des chèvres perchées dans un arganier

LES  ARBRES LES PLUS CONNUS

Le Maroc compte de nombreuses essences d’arbres.

L’arganier est un arbre endémique au Maroc ; son nom vient du mot berbère « argan » qui désigne soit l’espèce soit l’huile qui en est extrait. On le trouve principalement dans le Souss et en lisière du Sahara, dans le Draâ.  L’huile d’argan est désormais très répandue, à des fins culinaires et cosmétiques.

Le tuya est également un arbre quasi endémique de l’Atlas, plus précisément de la région Souss Massa. Il pousse en zone semi-aride, aussi bien en plaine que sur les reliefs moyens ; son bois rouge foncé moucheté, à l’odeur caractéristique est très prisé des artisans et ébénistes qui en font des boites, des plateaux ou des meubles.

L’olivier, arbre méditerranéen par excellence, est présent dans tout le Maroc, mais plus particulièrement dans l’Anti-Atlas ; ses usages et ses bienfaits sont multiples ; les olives et leur huile sont à la base de la cuisine marocaine. Son bois a également des vertus calorifiques exceptionnelles.

Le palmier dattier est une plante au tronc creux qui a besoin d’eau, de chaleur et de soleil pour se développer.  Elle est cultivée depuis 4000 ans avant notre ère. On compte au Maroc 4, 5 millions de palmiers dattiers, dont les deux tiers sont concentrés dans les régions de Ouarzazate et Errachidia.

On dit du Maroc qu’il est l’autre pays du cèdre, avec le Liban. Si le Maroc possède la principale cédraie du bassin méditerranéen, sur 134.000 hectares, principalement dans le Moyen et le Haut Atlas, ce trésor national est menacé par le dérèglement climatique et la pression des hommes. Un vaste plan de préservation est en œuvre pour le protéger.